justlogopremiumblack.png

Reconnaissance faciale : atteinte à la liberté ?

Mis à jour : sept. 18

En quelques années, le recours à la reconnaissance faciale a explosé, et ce, dans tous les domaines. On l’utilise pour déverrouiller son téléphone, pour payer ses achats, et désormais la police y a recours pour surveiller les citoyens. La Chine domine désormais ce marché, avec 20 millions de caméras en service dans le pays.


Mais qu’est réellement la reconnaissance faciale ? C’est une technologie qui se base sur l’intelligence artificielle et qui permet de reconnaître une personne sur une photo ou une vidéo en détectant les traits de son visage et en les comparant avec ceux présents dans une base de données établie au préalable.



Crédits : Getty Images


Cette technologie pourrait permettre à long terme d’améliorer la sécurité en contribuant à la lutte contre l’usurpation d’identité en ligne, notamment, et attribuer une identité numérique à chaque citoyen pourrait aider à renforcer la cybersécurité.


Mais cette utilisation de plus en poussée de ce système pose plusieurs questions éthiques, d’autant plus que la France serait sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la reconnaissance faciale pour donner à ses citoyens une identité numérique, “qu’ils le veuillent ou non”, selon le média américain Bloomberg.


En effet, certaines dérives indignent déjà les citoyens chinois. Sur le réseau social Sina Weibo, nombre d’utilisateurs appellent à interdire la collecte et l’utilisation des données pouvant servir à la reconnaissance faciale. Si bien qu’en janvier 2020, l’un des clients d’un zoo chinois a décidé de porter plainte contre l’utilisation de celle-ci dans l’établissement. Une plainte qui a déclenché un débat de taille sur la place publique. Le professeur de droit Lao Dongyan, a estimé que “la promotion arbitraire de cette technologie [...] va ouvrir la boîte de Pandore. Le prix à payer ne sera pas seulement notre vie privée, mais aussi la sécurité pour laquelle nous avons oeuvré”. Car, si celle-ci est utilisée à des fins de sécurité, la reconnaissance faciale pourrait bien s’avérer néfaste pour la vie privée de chacun.


Ce débat sur la reconnaissance faciale repose finalement sur une question philosophique de taille : devons-nous choisir entre liberté et sécurité ?


Et vous, qu’en pensez-vous ?



Bar à innovations  2016-2020

Bar à innovations  2016-2020