justlogopremiumblack.png

Des taxis-drones pour moustiques ?

Mis à jour : sept. 18

Le saviez-vous ? Le moustique est l’animal le plus meurtrier au monde, causant chaque année près d’un million de morts. Les piqûres causées par les moustiques femelles sont de vrais vecteurs de maladie telles que la dengue, la fièvre jaune, la malaria et le paludisme. La très grande majorité des décès causés par des moustiques sont corrélés à la malaria, maladie très présente notamment en Afrique subsaharienne.


Le moustique femelle transmet les maladies en piquant avec sa trompe.

Pour lutter contre la prolifération des moustiques, la technique de “lâcher de moustiques” se répand depuis quelques années. Surprenant, de lâcher davantage de moustiques alors qu’on souhaite limiter leur nombre, non ? En réalité, pas tant que ça. En effet, on lâche dans la nature des moustiques mâles stériles, qui, en s’accouplant avec des femelles sauvages, permettront de diminuer petit à petit le nombre total de moustiques.


Le lâcher de moustiques, technique de plus en plus répandue / Crédits : JopsStock

Cette technique, bien que largement répandue, reste assez coûteuse. Afin de réduire ce coût, une équipe de chercheurs brésiliens ont innové en créant un drone spécialement conçu pour transporter ces moustiques mâles et les lâcher dans la nature. Ce “taxi d’insectes” équipé de capteurs, d’une caméra et d’un compartiment à insectes, a permis de disséminer pas moins de 200 000 moustiques mâles stériles à travers le Brésil.


Un drone équipé de capteurs, d'une caméra et d'un compartiment à moustiques / Crédits : BOUYER ET AL., SCI. ROBOT. 5, EABA6251

Le recours au drone s’est avéré 20 fois moins coûteux que la méthode traditionnelle, qui consiste à lâcher directement les moustiques à partir du sol. En France, le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) a obtenu en début d’année une subvention de l’ERC Proof of Concept pour développer deux versions de ce drone.


Cette innovation pourrait s’avérer une réelle opportunité pour les pays fortement touchés par les maladies liées aux moustiques de réduire leur concentration à moindre coût, ce qui entraînerait une baisse des maladies virales et bactériennes. Un bel exemple d’innovation au service du bien commun !

Bar à innovations  2016-2020

Bar à innovations  2016-2020